Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Avantage padel

David Picot • david1picot@yahoo.fr
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Avantage padel

Alix Collombon, Jessica Ginier, Championnat de France de Padel 2018, Double Dames, Finale, Photo : Nicolas Gouhier / FFT

© Nicolas Gouhier

Comme depuis plusieurs années, les internationaux de tennis de Roland-Garros vont se dérouler dans un contexte de forte érosion des licenciés français. Intégré à la Fédération française de tennis depuis 2014, le padel, lui, est en plein essor, au point de représenter une bouée de sauvetage pour de nombreux clubs. Ce développement s’effectue aussi sous l’impulsion de structures privées marchandes et de collectivités qui investissent dans la construction de courts. Mais pas question de parler de concurrence entre les deux disciplines. Pour le moment en tout cas…

Il monte, il monte, le padel… Dans tous les sens du terme d’ailleurs. Cette discipline serait née au Mexique en 1969, dans le jardin d’un homme qui souhaitait y bâtir un terrain de tennis. Sauf qu’il n’en avait pas la place et qu’il ne souhaitait pas non plus voir les balles se perdre dans les alentours. Il a donc conçu un mini-court de tennis entouré de murs et… ainsi lancé une nouvelle discipline. Le padel – la prononciation est loin d’être tranchée – va ensuite rapidement conquérir l’Amérique latine, puis le sud de l’Europe. En particulier l’Espagne, pays où il serait aujourd’hui devenu le premier sport de raquette, devant le tennis.

Trajectoire Nord-Sud

En France, où on recenserait environ 50 000 pratiquants, la conquête s’effectue également selon une trajectoire Nord-Sud. « Le développement est fort en Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca), en occitanie, à Bordeaux, Toulouse et sur la Côte d’Azur », observe Hubert Picquier, le Monsieur Padel de la Fédération française de tennis (FFT), récemment élu au board de la Fédération internationale de padel (FIP). « Pour le reste, nous avons aussi quelques ‘‘points’’ à Valenciennes, à Strasbourg et ça démarre dans l’Ouest, notamment en Bretagne. » Proche du tennis donc, avec la présence d’un filet médian, le padel présente également des similitudes avec le squash, ne serait-ce que par la possibilité d’utiliser les vitres qui entourent la surface de jeu aux mensurations modestes : 20 mètres de long sur 10 mètres de large. La raquette, en revanche, n’est pas cordée mais pleine et percée de petits trous. Autre particularité : le padel se joue uniquement en double.

Licence unique

« Le padel séduit car il très ludique », constate Séva Rault, directrice du TC Pau, club qui bénéficie de deux « pistes » – terme plus approprié que « terrain » – semi-couvertes, depuis 2016. « Contrairement au tennis qui est une discipline très technique, une personne qui n’a jamais[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Saint-Jean-Pied-de-Port a tout d’une grande

Saint-Jean-Pied-de-Port a tout d’une grande

Avec une population de 1 851 habitants et un environnement montagneux qui attire le regard, Saint-Jean-Pied-de-Port ressemble plus à un tranquille village qu’à une place forte du sport basque. Pourtant, qu’il[…]

19/07/2019 |
Le CTS doit constituer un contre-pouvoir

Le CTS doit constituer un contre-pouvoir

Interview Marina Honta " La position des dirigeants fédéraux est ambiguë "

Interview Marina Honta " La position des dirigeants fédéraux est ambiguë "

Conseillers techniques sportifs : la résistance d’une exception

Conseillers techniques sportifs : la résistance d’une exception

Plus d'articles