Nous suivre Acteurs du sport

Antibes: un centre médico-sportif aux petits soins

David Picot • david1picot@yahoo.fr

Sujets relatifs :

Information et prévention
Les examens effectués au sein d'un centre médico-sportif permettent de déterminer les aptitudes physiques, sportives ou professionnelles des patients, mais aussi de vérifier l'absence de contre-indication à la pratique du sport, de s'assurer de la bonne adaptation et tolérance à l'exercice, de donner au sportif des outils supplémentaires pour une programmation optimale des entraînements, de prévenir des risques potentiels (sport intensif, surentraînement, croissance...). Ils ont aussi pour mission d'orienter et de conseiller sur les questions relatives au sport-santé, à la nutrition ou à la lutte contre le dopage. Leurs ressources financières proviennent essentiellement des collectivités et de subventions de l'État.

Antibes: un centre médico-sportif aux petits soins

© Ville d'Antibes Juan-les-Pins

Le centre régional médico-sportif d'Antibes est situé à l'intérieur même du service de cardiologie du centre hospitalier de la ville. Une situation privilégiée pour se mettre au service de la politique sportive de la municipalité. Mais avec la loi Santé, des inconnues subsistent quant aux moyens alloués.

Avec près de 600 actes par an, le centre régional médico--sportif (CRMS) d'Antibes (Alpes--Maritimes) ne connaît pas d'essoufflement. « Antibes est une ville très sportive », explique le Dr Alain Tor, responsable du centre. Cette structure constitue un véritable pilier de la politique sportive de haut niveau de la ville. « Nous avons par exemple passé des conventions avec deux Creps, celui d'Antibes et celui de Saint-Raphaël Boulouris », poursuit le médecin, entre deux examens.

 

Suivi préventif

Haut niveau et espoir assurent 35 % de l'activité. Le reste? En vertu d'une convention d'objectifs et de moyens, la ville demande que les prestations du centre soient aussi accessibles au plus grand nombre. La municipalité lui alloue ainsi une subvention annuelle de fonctionnement d'environ 20000 euros. L'équipe assure donc le suivi préventif de sportifs individuels ou au sein de structures antiboises, de sections scolaires et de professionnels divers (pompiers, entreprises) dans le cadre de bilans d'aptitudes.

 

Collégialité

Il faut dire que ce centre régional médico-sportif bénéficie d'une situation idéale: « sur une idée de Jean Léonetti, le maire de la ville depuis 1995 (et cardiologue de son état, NDLR), le CRMS a été placé dès sa création en 1981, à l'intérieur même du centre hospitalier. Précisément dans le service de cardiologie », complète Alain Tor. « Cet environnement permet donc de travailler en bonne collégialité avec les médecins des autres spécialités, surtout les cardiologues bien sûr ». Directeur des sports à la ville d'Antibes, Thierry Motsch insiste sur cette centralité, « très rare pour un CMS (centre médico-sportif, NDLR) en France. Il s'agit de conditions optimales pour assurer le suivi médical préventif du grand public qui le souhaite et de nos sportifs de haut niveau bien sûr ».

 

Interrogations

Avec la loi Santé, un virage se profile en 2017. « Nous travaillons à la mise en place d'un dispositif de sport sur ordonnance », poursuit le représentant de la municipalité. Le CRMS devrait en faire partie mais sous quelle forme? « Attendons que l'ensemble des décrets soit publié pour déterminer notre place », rétorque le Dr Tor. « Ce dispositif de sport-santé viendra se greffer à l'activité existante et non en remplacement ». De nombreuses inconnues subsistent quant aux moyens alloués à cette structure - mais aussi aux autres CMS potentiellement concernés en France - pour assurer les missions décrites par la loi. Le Dr Tor est optimiste: « Le CRMS -d'Antibes a toujours su répondre et s'adapter aux demandes des sportifs et aux lois successives », conclut-il.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Viry-Châtillon met ses équipements en accès libre

Viry-Châtillon met ses équipements en accès libre

La ville de Viry-Châtillon a engagé une démarche expérimentale baptisée ViryVerySport. Elle vise à remettre les équipements collectifs à la disposition du plus grand nombre. Il s'agit de[…]

« Pour être prospectif, il faut élargir le champ des partenaires » - Jean-Paul Omeyer

« Pour être prospectif, il faut élargir le champ des partenaires » - Jean-Paul Omeyer

À Jonzac, l'espace aqualudique atteint l'équilibre

À Jonzac, l'espace aqualudique atteint l'équilibre

Le Calvados met le sport en mode transverse

Le Calvados met le sport en mode transverse

Plus d'articles