Nous suivre Acteurs du sport

À Romainville, le sport rime avec imagination

Jean Damien Lesay

Chiffres clés
- Budget sport: 1,35 million d'euros, soit 3 % des dépenses de fonctionnement de la ville. - Nombre d'agents du service des sports: 22. - Nombre d'équipements sportifs: 24, dont 15 situés en quartiers d'éducation prioritaire. - Autorisation de programme en 2018 pour la réhabilitation du complexe sportif: 12 millions d'euros. - Nombre d'associations sportives: 33. - Subventions versées aux associations: 106650 euros.

À Romainville, le sport  rime avec imagination

Active and determined over-sized women jogging on stadium in the morning

© © pressmaster - adobestock

Avec ses quelque 27000 habitants, une population en mutation et un tissu urbain dense, Romainville, située en banlieue est, à seulement deux kilomètres de Paris, doit relever bien des défis pour développer une offre sportive variée. Malgré un budget modeste, la municipalité s'y attelle avec succès et imagination.

Les trente-trois clubs que compte Romainville, en Seine-Saint-Denis, proposent un large spectre d'activités - y compris dans des sports rares comme l'arbalète, grâce à une association de niveau mondial créée en 1873. Mais beaucoup sont saturés et certains ne sont pas adaptés aux besoins d'une population nouvelle. Dans les nombreux programmes immobiliers neufs qui ont vu le jour ces dernières années, une population plus qualifiée, plus jeune, constituée de couples avec enfants, a remplacé en partie les ouvriers d'antan. Les demandes aussi ont changé. Elles se tournent vers une pratique plus libre mais également ouverte aux tout petits.

 

Centre de loisirs 100 % sport

La municipalité s'est d'abord positionnée sur une offre destinée aux enfants dès 3 ans, à travers une école municipale multisport qui propose notamment bébés-nageurs et éveil gymnique. Si le relais est ensuite pris par les clubs, la mairie de Romainville propose encore pour les enfants un dispositif original: le centre de loisirs 100 % sport entièrement piloté par le service des sports (lire entretien ci-contre). Quant au public adulte moins attiré par la logique d'entraînement compétitif des clubs, il fait l'objet d'une offre orientée vers la santé et le bien-être. Ainsi des activités animées par des éducateurs sportifs de la ville sont proposées en soirée. Les aînés ne sont pas oubliés: des activités de mobilité, principalement en piscine, leur sont proposées. Le but? Permettre aux personnes âgées d'être le plus longtemps possible autonomes à travers un travail sur la tonicité musculaire et articulaire.

 

Dispositif "Bougez-vous plus"

En termes de santé par le sport, la ville de Romainville va encore plus loin. Depuis sept ans, le dispositif « Bougez-vous » propose à des personnes souffrant de surcharge pondérale ou atteintes d'obésité morbide, de diabète ou de maladies cardiovasculaires des activités physiques pour leur redonner goût à l'effort et les sortir de leur quotidien. Cette opération est menée en partenariat avec le centre municipal de santé et piloté par un groupe pluridisciplinaire comprenant des médecins, des kinésithérapeutes, des diététiciens et, bien entendu, des éducateurs sportifs de la ville. Pour ses bénéficiaires, la prise en charge est totale, grâce notamment à une participation de l'agence régionale de santé. Au bout de quelques années de fonctionnement, la question s'est posée de savoir comment faire évoluer les personnes suivies par ce dispositif. Le programme « Bougez-vous plus » a été créé il y a cinq ans pour continuer à les accompagner et faire le lien avec des activités physiques traditionnelles en autonomie auxquelles certaines participent désormais.

 

Coup de pouce formation

Avec un budget modeste, les subventions aux clubs sont moins élevées à Romainville que dans une commune limitrophe comme Montreuil. Pour favoriser le sport pour tous, la mairie a fait le choix de soutenir les associations sportives sans distinction particulière. Les clubs les plus en vue - comme le kickboxing, qui héberge des champions du monde dans une discipline aux multiples fédérations internationales - sont traités comme les autres. Seule exception: la formation. Un coup de pouce supplémentaire est octroyé pour pallier le manque de qualification des intervenants du secteur sportif. La ville prend ainsi en charge 50 % des coûts de formation dans les filières d'État et fédérales, y compris les formations d'arbitrage. De plus, la ville incite le club à passer une convention avec le jeune formé, lequel, en échange, s'engage à donner du temps au club après l'obtention de son brevet ou diplôme. Dans l'esprit de ses initiateurs, ce coup de pouce en faveur de la formation va augmenter le niveau d'encadrement et, à terme, favoriser le développement du haut niveau dans les clubs de la ville.

 

Un nouveau parc des sports

Dans cette commune très dense, les terrains manquent et les liens entre certains quartiers sont quasi inexistants, au point que l'on parle parfois à propos de certains d'entre eux des « oubliés de Romainville ». Le grand projet actuel a démarré en octobre: un véritable parc des sports va voir le jour en remplacement d'un complexe vieillissant. La solution trouvée répondra à la double problématique de la densité et du désenclavement. La première phase des travaux (prévus pour durer dix-huit mois) consiste en l'édification d'un nouveau gymnase de 3400 m2, soit le double du précédent grâce à une construction sur trois niveaux. La seconde phase consistera en la réfection des terrains de grands jeux, soit 11000 m2 réaménagés. Avec ce nouvel équipement, le bénéfice sera triple: développement des activités associatives grâce à de nouveaux créneaux ouverts, élargissement de l'offre de pratique sportive avec l'introduction de nouvelles disciplines (padel, squash...), et libre accès aux équipements pour les familles. Enfin, des territoires qui aujourd'hui se tournent le dos vont être reliés grâce à des parcours de santé. L'idée originale pour tenir compte du tissu urbain dense consiste à lier entre elles des aires d'exercices à travers des parcours de course.

 

Des équipements mutualisés

L'autre aspect innovant repose sur la complémentarité. À côté du futur parc des sports, des équipements de proximité sont prévus, d'une part, dans des bâtiments d'habitation, d'autre part, dans des bâtiments publics. Le quartier Gagarine, qui fait l'objet d'une importante opération de rénovation urbaine, bénéficiera de salles de sport en rez-de-chaussée de logements, à l'image de ce qui peut se faire dans certains pays anglo-saxons. De son côté, le futur lycée d'enseignement général des Bas-Pays aura également des équipements sportifs ouverts au public en dehors du temps scolaire par le biais de conventions passées avec l'établissement. Il en sera de même au sein d'une prochaine école primaire dont le dojo et le terrain multisport couvert seront eux aussi mutualisés pour s'ouvrir aux associations. In fine, si des équipements structurants ont vocation à profiter à l'ensemble de la ville, à leur côté, des équipements plus spécialisés seront déclinés dans les différents quartiers.

 

3 questions à ... Patrice Calsat, adjoint au maire de Romainville, chargé des finances et du sport
En quoi consiste le centre Oxygène, une particularité de Romainville?
J'ai mis ce dispositif en place en 2008. C'est une idée qui m'a été soufflée par mon DGS de l'époque. Il s'agit d'un accueil de loisirs à vocation sportive proposé aux vacances de la Toussaint, de Pâques et en juillet. Si beaucoup de structures sportives accueillent des centres de loisirs pour des séquences de sport, la particularité de ce dispositif est que le service des sports municipal l'a lui-même créé en son sein et continue de le gérer en toute autonomie.

À qui s'adresse-t-il et dans quelles conditions?
Les enfants sont accueillis de 7 à 14 ans et la participation financière dépend du quotient familial. C'est donc très abordable pour les familles. Et les enfants adorent, les retours sont excellents. Plus de deux cents jeunes sont accueillis chaque année, avec une grande assiduité au cours de l'année ou d'une année à l'autre. Certains enfants qui y participent ne vont d'ailleurs plus du tout au centre de loisirs traditionnel.

Quelles activités proposez-vous et comment sont-elles animées?
Les activités sont animées par un directeur et cinq éducateurs sportifs de la ville et se déroulent dans les équipements municipaux. Deux journées par semaine sont consacrées à des activités de pleine nature de façon à faire sortir de la ville des enfants qui vivent dans un tissu urbain dense. Au total, nous proposons trois activités différentes par jour quand les enfants restent à Romainville et deux quand nous sommes à l'extérieur. Sur l'ensemble de la semaine, cela offre une très grande diversité d'activités.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

La deuxième ligne du sport oubliée : ça chauffe dans les quartiers, par Patrick Bayeux

La deuxième ligne du sport oubliée : ça chauffe dans les quartiers, par Patrick Bayeux

Dans une tribune intitulée Le sport des quartiers « au bord du gouffre » reprise par un grand nombre de titres de la presse régionale, plus de 80 sportifs, présidents d’associations et de[…]

26/11/2020 |
Pour l’Union Sport et Cycle, des incertitudes persistantes demeurent

Pour l’Union Sport et Cycle, des incertitudes persistantes demeurent

Ce que j’attends d’une ministre des Sports : le cas de la natation, par Patrick Bayeux

Ce que j’attends d’une ministre des Sports : le cas de la natation, par Patrick Bayeux

Soutien au sport : il était temps Monsieur le Président !

Soutien au sport : il était temps Monsieur le Président !

Plus d'articles