Nous suivre Acteurs du sport

À Paris, sport et climat veulent faire bon ménage

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

À Paris, sport et climat veulent faire bon ménage

© marathon2017/presse

Les plans climat air énergie territoriaux contribuent à la lutte contre la pollution. À Paris, le sport est naturellement partie prenante de cette politique que ce soit par la rénovation des équipements mais aussi au travers de l’événementiel avec une charte des événements écoresponsables.

À Paris, la politique de développement durable est portée par la maire adjointe en charge de l’environnement, du développement durable, de l’eau, de la politique des canaux et du « plan climat air énergie territorial », Célia Blauel. « Nous avons pour objectif de diminuer les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 40 % à l’horizon 2030, d’être une ville neutre en carbone en 2050 et de parvenir à terme au 100 % d’énergies naturelles renouvelables. »

À charge pour chaque direction d’élaborer et de mettre en œuvre le plan d’action correspondant. « Le sport est naturellement partie prenante de cette politique », déclare Boris Vassaux, conseiller de l’adjoint au sport Jean-François Martins. « Si actuellement nous participons à la consultation pour l’actualisation du plan climat pour la période 2020-2030, nous avons déjà pris des dispositions notamment pour tout ce qui concerne les équipements sportifs. Toutes les constructions ou rénovations nouvelles intègrent les objectifs municipaux. Ainsi, dans le cadre du plan «Nager à Paris», a été mis en place un contrat de performance énergétique portant sur six piscines prévoyant 30 % d’économies d’énergie et 10 % d’économies d’eau. À l’avenir, toutes les constructions et rénovations répondront aux normes HQE ».

 

Récupération

Dans le 14e, l’eau de la piscine Aspirant-Dunan est chauffée grâce à un dispositif de captation de la chaleur provenant des égouts dont localement la température oscille entre 13 °C et 20 °C. Selon les principes de la géothermie basse température, de l’eau circulant dans des plaques métalliques récupère les calories. Celles-ci sont utilisées par une pompe à chaleur pour porter l’eau du bassin et des douches à la bonne température. Économies attendues : 50 % d’une facture d’électricité qui s’élevait à 1310 MWh par an accompagnée d’une réduction des émissions de GES de 30 % soit 46 tonnes-équivalent CO2. La piscine de la Butte aux Cailles (13e arrondissement) abrite, quant à elle, dans ses locaux techniques un data center dont la chaleur est récupérée puis acheminée vers un échangeur d’énergie afin de préchauffer l’eau. Refroidie, l’eau est utilisée une deuxième fois pour refroidir les datacenters. Le chauffage de la piscine est assuré à 20 % par les six chaudières numériques et à 80 % par le chauffage urbain. La ville achète l’énergie produite par le data center au tarif du chauffage urbain. L’installation économise 45 tonnes de CO2 par an et 250MWh pour le chauffage de la piscine. Le bénéfice vaut aussi pour les utilisateurs du data center qui diminuent leur empreinte carbone en utilisant une énergie renouvelable. Ce système pourrait prochainement équiper quatre autres piscines parisiennes.

Les équipements sportifs utilisent aussi l’énergie solaire. La plus grande centrale solaire de Paris est installée sur les toits de la Halle Pujol et la rénovation du stade Jean Bouin a été l’occasion d’installer 2 800 m2 de panneaux solaires qui permettront de couvrir les besoins liés à l’éclairage du bâtiment. Ce stade récupère aussi les eaux de pluie pour arroser la pelouse, et l’ensemble du projet a eu recours à des matériaux économes en énergie carbone. Le gymnase Suchet construit tout en bois répond aussi à cette recherche d’économie carbone. S’y ajoute une consommation énergétique limitée à 50 kWh par m2/an et une toiture végétalisée.

 

Contribution

Sur le plan événementiel, la Coupe d’Europe de football 2016 a servi de révélateur et de banc d’essai. Ces événements se multipliant (et notamment les événements de grande ampleur), la ville a élaboré une « charte des événements écoresponsables ». Chaque organisateur présente dans le cadre de cette charte son plan d’action qui fait l’objet régulièrement d’une évaluation. Marathon de Paris, écotrail de Paris… à terme la mise en œuvre de cette charte devrait s’imposer à tous les organisateurs s’ils veulent obtenir les autorisations d’utilisation de la voie publique. Car comme le souligne Sébastien Emery, « la ville peut agir directement sur 25 % du périmètre du plan climat. Les 75 % autres dépendent des habitants eux- mêmes et du secteur privé. »

Dans le cadre du renouvellement des objectifs pour la période 2020-2030, une consultation a été organisée pour associer les différents secteurs de la vie parisienne au terme de laquelle a été adoptée une « contribution du sport au plan climat de la ville de Paris (téléchargeable sur le site du plan climat de la ville de Paris) ». Cette déclaration affirme le soutien du sport à la politique de développement durable et au plan climat de la ville de Paris et demande son approfondissement dans les domaines déjà couverts. Elle suggère aussi des pistes de travail complémentaires dont une meilleure mobilisation des usagers et des sportifs, et le développement de l’économie circulaire dans le sport.

Fiche technique

La maire et le conseil de Paris ont voulu que la candidature de Paris aux JO soit « un accélérateur au service des progrès que les Parisiens attendent ». Un plan en quarante-trois mesures a été adopté pour « accélérer, amplifier, déployer des mesures actuelles et en créer de nouvelles ». Parmi celles-ci :

- développer la pratique sportive en mettant à disposition de tous les Parisiens un équipement sportif en accès libre et gratuit à moins de 5 minutes à pied, en augmentant les créneaux de pratique, en construisant de nouveaux équipements ;

- doubler les créneaux consacrés  au handisport et au sport adapté ;

- améliorer la qualité sanitaire de la Seine et des canaux pour y permettre la baignade (points de fraîcheur) (Nota : la baignade de la Villette ouvrira dès l’été 2017) ;

- mettre en place une charte des événements écoresponsables.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Saint-Jean-Pied-de-Port a tout d’une grande

Saint-Jean-Pied-de-Port a tout d’une grande

Avec une population de 1 851 habitants et un environnement montagneux qui attire le regard, Saint-Jean-Pied-de-Port ressemble plus à un tranquille village qu’à une place forte du sport basque. Pourtant, qu’il[…]

19/07/2019 |
Le CTS doit constituer un contre-pouvoir

Le CTS doit constituer un contre-pouvoir

Interview Marina Honta " La position des dirigeants fédéraux est ambiguë "

Interview Marina Honta " La position des dirigeants fédéraux est ambiguë "

Conseillers techniques sportifs : la résistance d’une exception

Conseillers techniques sportifs : la résistance d’une exception

Plus d'articles