Nous suivre Acteurs du sport

À Limoges le sport se diversifie

Patrick Bayeux • patrick-bayeux@orange.fr

Sujets relatifs :

Chiffres clés
- 116 équipements sportifs.
- 25 000 licenciés.
- 150 clubs dont 80 clubs de plus 50 licenciés environ.
- 75 disciplines sportives.
- Principaux équipements : 1 golf municipal de 18 trous, 3 piscines, 3 complexes sportifs multisports, 1 patinoire, 1 boulodrome, 1 stand de tir, 1 base nautique, des pistes de bicross, deux skateparks et un de niveau national en projet, 25 gymnases, une trentaine de terrains de grands jeux, un terrain de baseball, 2 pistes d’athlétisme (dont une universitaire), un mur d’escalade, deux aires de street work out, une trentaine de plateaux sportifs, des courts de tennis en accès libre…
- Budget : 7 % du budget général (hors stade).
- Subventions pour les grands clubs (2018-2019) : 1 871 000 euros (les 5 grands clubs).
- Subventions sport de masse (petits clubs et conventions de partenariats) : 304 628 euros.
- Subventions pour les manifestations sportives au BP 2019 : 197 500 euros dont 17 500 euros pour les petites manifestations.
- Investissement (hors stade de Beaublanc) : 2 millions d’euros par an hors stade.par an hors stade.
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

À Limoges le sport se diversifie

© ©Laurent Lagarde, Ville de Limoges

Si Limoges est associée au CSP, le fameux club de basket, depuis les années 1980 sa politique sportive s’est largement diversifiée et anticipe sur les nouveaux besoins. Elle vient d’être reconnue membre du réseau des villes santé de l’OMS et développe avec ses éducateurs plusieurs programmes pour permettre aux jeunes et moins jeunes de découvrir de nouvelles activités.

« On peut tout pratiquer à Limoges », s’exclame Samuel Cardona, le directeur des sports de la ville. De la ville uniquement car l’agglomération est timide sur le sujet sportif. Seuls deux équipements sont d’intérêt  communautaire, le centre aquatique Aquapolis ouvert depuis janvier 2015 et le vélodrome Raymond-Poulidor. L’Aquapolis est un équipement aquatique de nouvelle génération avec un bassin de 50 m, un bassin  de 25 m, une fosse à plongée et plongeon avec fond mobile, une  lagune d’eaux, un bassin  de loisir, un espace santé bien-être pour un coût  de 49 millions  d’euros. L’autre équipement beaucoup plus inhabituel est un vélo- drome couvert dénommé «Raymond-Poulidor » inauguré en juillet dernier par l’ancien champion, enfant du pays. C’est le 7e  de cette taille avec une piste de compétition de 250 m inclinée  jusqu’à 45 degrés, et sa piste d’échauffement de 125 ml. La ville quant à elle gère tous les autres équipements sportifs (plus d’une centaine) dont le palais des sports Beaublanc, théâtre des exploits du CSP, et un stade… pas terminé.

 

Un stade polémique

Lors des municipales de 2008, le précédent maire avait promis de rénover le stade de Beaublanc qui datait de 1947. Une rénovation dont la première tranche devait à l’origine coûter 52 millions d’euros TTC et porter le nombre de places de 9 900 à 13 900 puis  à 20 000 à l’issue d’une deuxième tranche. Outre le fait que la ville n’a pas aujourd’hui d’équipes avec un niveau suffisant pour le remplir, des malfaçons ont alourdi la facture. Au final, avec cinq années de retard, seule la première tranche a été construite pour une facture de 63 millions d’euros. Sa capacité est de 13 900 spectateurs, mais il n’a jamais fait le plein. Pour Sylvie Rozette, adjointe aux sports, il faut « Faire vivre Beaublanc et tenter d’amortir son coût annuel (estimé à un million d’euros par an – fonctionnement et remboursement de l’emprunt compris) ». En véritable VRP, l’adjointe met en avant au-delà de la capacité d’accueil l’intérêt au niveau réceptif avec trois niveaux de salons équipés pour un total de2000 m2  (loués en moyenne trois jours par semaine par des entreprises locales). L’équipe de France féminine de rugby y disputera un match du tournoi des 6 nations contre l’Italie le 8 février prochain. La perspective d’un stade enfin rempli pour l’occasion ?

 

Etaps, la fin d’un particularisme

Depuis que le service des sports existe, Limoges a dans ses effectifs des éducateurs territoriaux des activités physiques et sportives (Etaps). Mais particularité locale, ceux-ci n’intervenaient pas à l’école y compris les maîtres nageurs sauveteurs (MNS). C’est le cas depuis 2015 auprès des élèves de cycles 2 et 3 pour les MNS et depuis un an pour les Etaps sur le temps scolaire. L’intervention a lieu dans le cadre contractuel habituel avec l’institution scolaire sur des activités qui nécessitent un encadrement parti- culier » et qui s’avèrent complexes à organiser pour un professeur des écoles. Elles se prolongent hors temps scolaire avec le dispositif « sportez-vous bien » dont l’objectif est de proposer un programme d’activités sportives durant les vacances scolaires aux 6-16 ans pour leur faire découvrir de nouvelles activités. Un moyen de créer des passerelles entre les jeunes et le mouvement associatif et de permettre à ceux qui ne peuvent partir en vacances de bénéficier d’activités attractives et gratuites accessibles à tous. L’originalité du dispositif réside aussi dans la possibilité offerte, chaque vendredi, aux parents dont les enfants ont pratiqué des activités sportives de pleine nature durant la semaine, de pratiquer en compagnie de leurs enfants.

 

Des programmes pour découvrir

La ville joue bien sûr à fond la carte de la complémentarité entre les actions municipales et les clubs. Depuis  1993 « Les Mercredis sportifs » permettent aux jeunes de 5 à 11 ans de découvrir gratuitement différentes activités physiques et sportives. Depuis deux ans, le dispositif  a évolué et désormais le « Mercredis sportifs - Pass club » propose aux jeunes de pratiquer une activité sportive au sein d’un club qu’il peut ensuite intégrer après une année de découverte, voire en cours d’année.
Pour les adultes de plus de 50 ans non licenciés dans un  club sportif, Limoges  propose « Les Printemps sportifs », un programme incitatif de huit semaines au cours duquel les bénéficiaires peuvent pratiquer les sports de leur choix selon leur niveau de forme.
Deux périodes sont proposées : « Les Printemps sportifs  en salle » (janvier, mars  et avril) et « Les Printemps sportifs nature » (avril, mai et juin).
L’encadrement est assuré par des Etaps de la ville de Limoges et des associations sportives partenaires.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Région Sud : dotation olympique

Région Sud : dotation olympique

Le comité régional olympique et sportif de la région Sud met en place un fonds de dotation, dans la perspective de Paris 2024. Avec la ferme intention d’initier une nouvelle forme de collaboration avec les partenaires[…]

25/11/2019 | Gestion
Grand Est : la conférence régionale invite les pratiquants

Grand Est : la conférence régionale invite les pratiquants

Interview de Frédéric Sanaur

Interview de Frédéric Sanaur

La gouvernance du sport bute sur les territoires

La gouvernance du sport bute sur les territoires

Plus d'articles